Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Culte-O-Rama

Le Culte-O-Rama

Pour l'amour des films de genres. Des articles et commentaires sur des films gros budgets ou très obscurs qui sont tombés sous l'attention de Tuco.


Quiconque Meurt, Meurt en Douleur

Publié par Tuco sur 31 Octobre 2014, 04:39am

Catégories : #Film Policier - Gangsters - criminels et Polar, #Indescriptible

Quiconque Meurt, Meurt en Douleur

Une équipe de SWAT prend d'assaut un repère de junkies dans la ville de Montréal. Comme on filme une téléréalité sur les policiers, la caméra suit les policiers. Sauf que voilà, le raid est râté, les junkies sont armés jusqu'aux dents et le caméraman se trouve prisonnier des drogués. Enfermés dans leur appartement, la drogue se fait rare et la pression monte, mais les junkies profitent de la présence du caméraman pour qu'il filme leur version de la société.

Toujours intriguant de se lancer dans un film de Robert Morin, car on sait qu'on va naviguer entre la réalité et la fiction. Ici, on est entre REQUIEM POUR UN BEAU SANS-COEUR et son beaucoup plus troublant PETIT POW POW NOËL. Le film à une ligne directrice narrative claire, mais beaucoup d'improvisation dans les dialogues et nos personnages sont de véritables junkies! On entre donc véritablement dans le triste et lugubre monde de la dépendance de la drogue et on y va avec une authenticité troublante. C'est donc à l'image même du cinéma de Robert Morin, original, authentique et techniquement impossible à critiquer, Morin contrôlant mieux la caméra à la première personne que pratiquement tout le monde. C'est intense, probablement trop pour les gens en général, mais c'est une sacré claque qui mérite respect et beaucoup d'admiration.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents