Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Culte-O-Rama

Le Culte-O-Rama

Pour l'amour des films de genres. Des articles et commentaires sur des films gros budgets ou très obscurs qui sont tombés sous l'attention de Tuco.


Petit Pow Pow Noël

Publié par Tuco sur 19 Décembre 2007, 21:00pm

Catégories : #Expérimental

undefined

Pour la journée de Noël, un homme visiblement instable vient rendre visite à son père dans un hospice. Armé d'un caméra, il va lui cracher au visage toute sa haine en le martyrisant physiquement et mentalement. 

C'est à se demander si Robert Morin, qui est habitué aux films chocs, n'est pas devenu complètement cinglé en faisant un film de la sorte. On se rapelle de QUICONQUE MEURT, MEURT EN DOULEUR qui mettait en scène de véritables junkies ou bien LE NÈG, le film qui pète carrément la gueule du racisme. Ici par contre, Morin va plus loin, BEAUCOUP PLUS LOIN. Le personnage du fils est joué par Robert Morin et celui du père par... SON VÉRITABLE PÈRE!! Rongé par le cancer, il se met tout à fait à nu devant la caméra, se faisant torcher le derrière, lavé le pénis et se faisant même violenter par son propres fils. La ligne entre réalité et fiction se révèle donc bien mince ici. Le tout est très graphique, presque insoutenable. En dehors de la violence physique, c'est surtout dans la violence psychologique que le film se révèle terriblement coup de poing. Le personnage principal y allant de longs monologues qui atteignent une certaine poésie, mais qui sont d'une dureté terrible envers un homme sans défense, qui ne dira pas un mot du film et qui malgré tout, gagnera son combat à la fin. La chose qui me fascine le plus dans ce film, c'est que Morin a réussi à faire un film de ce genre donc dans le style documentaire, sans pourtant que RIEN n'est l'air artificiel, c'est bien là où c'est troublant. Sans aucune maladresse et avec une expérience bien visible, Robert Morin atteint des sommets jamais encore atteints par le cinéma québécois. Si André Forcier peut se vanter d'avoir ''déviergé'' le cinéma québécois, je dis pour ma part que que Robert Morin avec ce film, lui a donné son plus gros orgasme depuis longtemps.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents