Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Culte-O-Rama

Le Culte-O-Rama

Pour l'amour des films de genres. Des articles et commentaires sur des films gros budgets ou très obscurs qui sont tombés sous l'attention de Tuco.


Rabid Dogs

Publié par Tuco sur 16 Juin 2009, 01:27am

Catégories : #Film Policier - Gangsters - criminels et Polar


Trois criminels aux tendances sociopathes sont auteurs d'unc ambriolge qui vire au désastre. Pour s'en sortir, ils prennent une jeune femme en otage et embarquent dans la victoire d'un homme qui doit aller mener son fils malade à l'hôpital. Pendant que la voiture s'éloigne des problèmes, la relation entre les trois criminels et les otages s'intensifient dangereusement pour mener, à l'explosion complète.

Comme toujours avec Mario Bava, on est toujours dans une oeuvre particulière sous des couverts simples. RABID DOGS, la version remonté de KIDNAPED qui a été longtemps le film perdu du maître n'est certainement pas le film où Bava y va dans le rococo, les effets spéciaux et l'éclairage dément au contraire, c'est son film le plus réaliste et également le plus dérangeant. Beaucoup diront que c'est un film trop bavard et peut-être avec raison, considérant que l'action se passe à 75% à l'intérieur d'une voiture mais pour être honnête avec vous, je n'ai jamais vu un traitement d'apparence aussi statique attaqué avec autant d'intensité. On sent la canicule, la folie qui monte grâce aux échelles de plans et au montage, les acteurs suent comme des cochons tandis que le manque d'espace ne vient qu'aider la cause du film. L'ultime aide vient par l'acting, généralement de qualité,  surtout des deux psychopathes un joué par le toujours charismatique et imposant George Eastman qui cabotine en vrai cinglé et de Don Backy, terrifiant dans le rôle de Bistouri, qui a toujours le couteau à la main. L'action passe du statique à l'intense, on sort de la bagnole et ça devient non seulement plus actif mais encore plus dépravé et immoral avec une scène où nos deux déragés du ciboulot menace de tuer la jeune femme si elle ne pisse pas dans la bouteille et ce, dans un désir totalement gratuit de l'humilier. La finale est surprenante est vient tout à faire compléter l'effet nihiliste du film tout en ne se tirant pas le pied. Une autre preuve que Bava peut prendre n'importe quoi et en faire de l'or.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents