Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Culte-O-Rama

Le Culte-O-Rama

Pour l'amour des films de genres. Des articles et commentaires sur des films gros budgets ou très obscurs qui sont tombés sous l'attention de Tuco.


La Science des Rêves

Publié par Tuco sur 29 Septembre 2007, 00:32am

Catégories : #Romantique

François est un jeune artiste mexicain timide issu d'une mère française et d'un père mexicain. À la mort de ce dernier, François accepte d'aller vivre à Paris près de sa mère qui lui promet un emploi où il pourra mettre à profit son imagination débordante. Arrivé à Paris, il se rend compte que son emploi sera le très excitant métier de... fabricant de bordures pour des calendriers. Heureusement ou malheureusement pour lui, il tombe sous le charme de sa voisine qui de son côté, ne semble pas chaude à l'idée d'une relation. François, pour s'évader de sa vie ennuyante et de ses désirs amoureux repoussés, entre dans une spirale difficile à bien cerner entre le rêve et la réalité, ce qui causera quelques probèmes à notre amoureux.

ETERNAL SUNSHINE OF THE SPOTLESS MIND est mon film préféré, je l'ai déjà écouté sept fois en une semaine et donc, la barre était haute pour ce deuxième long-métrage du réalisateur français. Je dois l'admettre, j'ai été déçu. Il est évident qu'un deuxième visionnement s'impose mais bon, j'écris sur le vif.

Ceux qui comme moi ont aimé le travail de Michel Gondry pour ses vidéoclips seront peut-être un peu déçu comme moi ou bien totalement sous le charme d'une formule qui fait effet. Pour ma part, j'en attendais énormément des moments fantaisistes et j'ai été rarement impressionné car j'avais l'impression d'avoir déjà tout vu. Reste que les moments fantaisistes sont au rendez-vous et Gondry, peut-être l'artiste le plus imaginatif en ce moment dans le milieu, se laisse aller dans ce qui est et sera visiblement son projet le plus personnel à ce jour.

Gondry y va d'une quasi-analyse d'un long processus où le personnage de François, développe peu à peu son amour pour sa voisine. Déçu, il décide de s'enfermer dans son imagination où il peu vivre pleinement mais non physiquement cet amour qui le brûle. L'approche est très intéressante et très comique et on peut dire que de ce côté, Gondry y est allé d'un tour de force. Jamais de ma jeune mémoire on n'avait vu un traitement aussi original sur l'amour et sur ses déceptions.

Mais là où ça fait mal et ça agace, c'est que c'est bien beau les effets et l'analyse presque scientifique de l'amour mais bordel cette fameuse histoire d'amour, elle ne passe pas le test! Elle est un peu fadasse et et l'univers concret n'a rien de particulièrement attrayant. De ce côté, c'est à mon avis le plus gros ratage comme si Gondry ne prêtait que peu d'attention au concret pour se concentrer pleinement sur ses effets spéciaux. Ce sera encore plus difficile de s'intéresser au personnage principal, tellement incompatible avec ce qui l'entoure qu'il le devient même avec le spectateur,au point qu'on commence après une heure à le trouver assez énervant.

Ce n'est pas un ratage loin de là, mais ce n'est pas le chef-d'oeuvre auquel je m'attendais. J'ai l'impression d'avoir assisté à une oeuvre incomplète mais qui promet énormément. LA SCIENCE DES RÊVES sera pour Gondry, je l'espères, le début d'un parcours tout aussi originale mais également plus matureé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents