Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Culte-O-Rama

Le Culte-O-Rama

Pour l'amour des films de genres. Des articles et commentaires sur des films gros budgets ou très obscurs qui sont tombés sous l'attention de Tuco.


Constantine

Publié par Tuco sur 28 Août 2012, 22:06pm

Catégories : #Démoniaque

images-copie-3.jpg

ohn Constantine a fait quelque chose de bien spécial, il est allé en enfer et il en est revenu. Détective paranormal, il fait équipe avec l'enquête Angela Dodson par rapport au mystérieux meurtre de la soeur jumelle de cette dernière. Alors que Constantine tente de racheter sa vie pour ne pas retourner en enfer, il doit maintenant résoudre une futur invasion de l'enfer sur terre qui se dessine et Angela semble la clé du problème.

Quand CONSTANTINE a fait irruption en tant que rumeur cinématographique, les fans de la BD était aux anges. ENfin on l'avoir ce film, cette tuerie stylisée, ce film sans limites où la décadence du médium allait enfin nous exploser dans la gueule de façon quasi-interactive. Alors que PREACHER, une autre BD culte tardait au point d'être un projet avorté (C'est peut-être tant mieux), CONSTANTINE arrivait et le changement nom de la chose (Visant à se distancer de L'oeuvre de Clive Barker) n'était pas la seule chose que le film allait distancer de son contenu cinématographique. Évidemment, un film n'est pas un Comic et un comic n'est pas un film, mais comme pour les intéressés le parallèle est obligatoire, CONSTANTINE est un blockbuster bien foutu complètement aseptisé.

Commençons par ce qui fait que le film ne s'avère pas aussi bon qu'il aurait bien pu l'être. Car dans cette danse entre la paradis et l'enfer, le bien et le mal se côtoit intimement et sans limites, le matériel réflexif s'avère potentiellement riche scénaristiquement. Malheureusement, des producteurs clairement inculte ont limité le film à un PG-13 dans le but de faire des tunes, dénaturant complètement l'oeuvre originel dès le départ. Ensuite, le côté extrêmement moralisateur voir dérangeant du film sur deux aspects. Car selon CONSTANTINE, fumer c'est mal et la chrétienneté c'est bien. C'est d'ailleurs très ''clever'' de toucher l'aspect du suicide comme cause première de la venue en enfer de John Constantine, quand son envoi dans le comic book est beaucoup plus complexe, Hollywood a limité sa propagande chrétienne à une simple question de suicide. Sans vouloir entrer dans un débat de religion, Hollywood a transformé un film potentiel explorant le thème de la moralité en une aventure d'action/surnaturel de base avec comme seul aspect original, la base créatrice qui est plus effleuré qu'exploré. Oui ça roule CONSTANTINE, oui ça pète, oui y'a de la bébitte, oui ça a un beau look, oui les effets en jettent, mais est-ce qu'on aurait pu avoir autre chose? Est-ce qu'on aurait pu avoir meilleur?

Beaucoup de gens aiment CONSTANTINE en disant que beaucoup d'éléments du film sont très originales et effectivement, des éléments du films sont très intéressants. On pense au twist final, à la scène où Constantine se rend pour la première fois en enfer, à la scène d'exorcisme au départ qui en jette beaucoup. Beaucoup de bons éléments, mais très peu de liens les mettant tous en place. Sans vouloir trop dénoncer le travail de scénariste, le film de Francis Lawrence est éparse et son scénario a plusieurs bonnes idées, mais le fil conducteur les reliant est mince, voir trop mince pour celui qui voudra plus qu'en recevoir plein la gueule avec une scène forte aux quinze minutes. Pourtant en tant que blockbuster déglingué, CONSTANTINE fait le boulot, mieux que plusieurs adaptations de comics qui avaient une base bien des casses gueules. Lawrence a fait un film avec un style, qu'il aurait préféré plus sombre, plus violent, mais avec un style néanmoins qui est agréable pour l'oeil. Son flair esthétique allié à son sens du rythme font qu'on regarde le film avec intérêt, même quand ça ne marche pas, même quand ça chie dans la colle, sans jamais s'enmerder, toujours intéressé. Les acteurs font tous un beau boulot malgré le fait que peu voir aucun d'entre eux n'a de développement digne de ce nom dans tout le film. Comme si le facteur WOW de tout le look et le fun de parler de Dieu et de Satan éliminait du coup les personnages. Notons Peter Stormare et Tilda Swinton, qui ont malheureusement des rôles trop courts, mais très forts.

Potentiel gâché par la machine Hollywoodienne, CONSTANTINE se démarque quand même un peu malgré une légèreté dérangeante et un scénario mal fiçelé. On pourra se rattraper sur le facteur fun, les effets spéciaux et sur les seins de Rachel Weisz. Mais quand même...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents